Belgique | français

15 nov. 2018

Rationalisation de la culture de la sécurité chez Etex grâce à une formation Pilz

Pour un holding actif au niveau mondial comme le groupe Etex, le respect d’une structure de sécurité uniforme constitue un sérieux défi. Les différences au niveau de la législation et de la culture de la sécurité locales en sont la cause. La formation Certified Machine Safety Expert de Pilz, en abrégé CMSE est parfaitement adpatée à cet effet.

Acteur mondial dans le domaine des matériaux de construction

Etex est un acteur mondial du secteur des matériaux de construction. L’une de ses entreprises les plus connues est Eternit. Le portefeuille d’Etex comprend notamment les produits de fibres-ciment, les tôles ondulées pour les revêtements de toit, les ardoises et les plaques de revêtement de façade de qualité. L’entreprise produit en outre divers matériaux à base d’argile, comme des tuiles.

Tous ces matériaux de construction sont produits au niveau mondial, de l’Europe à l’Amérique latine et l’Extrême Orient. Pour développer les machines nécessaires, il est fait appel à Etex Engineering. Avec 30 collaborateurs, Etex Engineering est chargé au sein du groupe Etex de l’implémentation des projets d’automatisation et des nouvelles installations. Une vingtaine de collaborateurs travaillent depuis le siège social de Kapelle-op-den-Bos, et 8 personnes se consacrent spécifiquement aux activités plâtre à Avignon.

Mario Lebbe, Senior Project Manager chez Etex Engineering, explique : « Nous spécifions au niveau mondial tous les éléments techniques qui doivent être achetés et installés dans les installations du groupe Etex, nous suivons la construction et accompagnons la mise en service. Nous procédons de la sorte pour tous les aspects : électrique, mécanique, architectural, hydraulique, automatisation, … Lorsqu’un membre du groupe Etex lance un projet, cela passe toujours par nos services.

Lorsque la sécurité au sein du groupe a reçu davantage d’attention voici quelques années, nous avons constaté que les activités mondiales requéraient une approche spécifique. À un certain moment, il a été décidé que les exigences européennes devaient être appliquées au niveau mondial. Mais les différences culturelles au niveau du thème de la sécurité sont très variées. Dans certains pays, il est par exemple tout à fait normal de travailler en hauteur sans protection anti-chute alors que c’est absolument interdit en Europe. Mais il est également apparu par ailleurs que les collaborateurs européens se reposaient un peu sur leurs lauriers parce qu’une certaine routine s’était installée dans la réflexion sur la sécurité. Une formation sur ce thème s’avérait donc assurément nécessaire pour rationaliser la culture de la sécurité au sein du groupe. »

Étendu mais tout de même compact

Dimitri Trenoye, Senior Project Manager chez Etex Engineering, a proposé la formation CMSE de Pilz : « Lors de la recherche d’une formation adaptée, nous sommes rapidement tombés sur la formation CMSE. Je l’ai moi-même suivie en premier chez Etex Engineering et j’en ai été très satisfait. Lorsque j’ai suivi la formation, je me trouvais parmi un groupe de participants qui étaient actifs dans différents segments de l’industrie. »

La formation est limitée dans les temps (4 jours) mais elle vous donne un aperçu complet de ce qu’implique la sécurité des machines. Rapidement, les autres responsables et ingénieurs de projet de Etex Engineering ont également suivi la formation. Au total, une vingtaine de collaborateurs l’ont maintenant suivie. Mais ce n’est pas tout. Mario Lebbe : « Lorsque nous avons remarqué que les filiales ne prenaient pas toujours en considération nos informations relatives à la sécurité, le groupe Etex a décidé d’également leur faire suivre la formation. Il est ainsi prévu de faire suivre la formation par un responsable de l’usine, généralement il s’agit du responsable de la production ou du responsable de l’entretien. La formation CSME est de cette manière distillée à tous les niveaux. Elle n’est donc plus seulement limitée à Etex Engineering. »

Structure de la formation

La réussite de la formation CMSE est due à quelques facteurs. Kwinten Cantraine (Pilz Sales Engineer) explique : « Malgré le fait que la formation est limitée à cinq modules sur 4 journée de cours, le concept complet de sécurité des machines est expliqué en détail. Jour 1 : introduction à la sécurité et législation générale. Jour 2 : analyse des risques selon la norme EN-ISO 12100, dispositifs de sécurité mécaniques et composants de sécurité. Jour 3 : sécurité électrique selon la norme IEC 60204-1 et sécurité fonctionnelle selon la norme ISO 13849. Jour 4 : sécurité pneumatique et sécurité hydraulique (selon les normes EN ISO 4413 & EN ISO 4414). Nous terminons par un « examen » proposé par TüV. Les participants qui obtiennent minimum 80 % reçoivent le titre de ’Certified Machine Safety Expert’ ».

Mario Lebbe d’ajouter : « Nous trouvons également que c’est un gros avantage que la formation soit donnée dans la langue des participants. La connaissance de l’anglais n’est pas partout aussi bonne. Rapidement, l’on rencontre des différences de nuances. Et vous voulez absolument éviter cela dans le cadre d’un sujet aussi important que la sécurité des machines. L’enseignement dans sa propre langue donne de meilleurs résultats dans ce cas. »

Kwinten Cantraine : « La qualité de la formation est également décisive. La formation CMSE a été élaborée par Pilz en collaboration avec TüV Nord. Il s’agit d’un organisme notifié entièrement homologué pour accréditer cette formation. Toute modification que nous voulons y apporter doit donc leur être soumise. Les formateurs sont en outre des collaborateurs hautement qualifiés. Pour la Belgique, par exemple, l’un des formateurs est Jan Franck. Il siège aux commissions des normes belges et est également consultant en la matière. Nos formateurs sont donc actifs quotidiennement dans l’industrie et connaissent comme personne les tenants et les aboutissants de la sécurité des machines. Des contacts étroits avec les formateurs étrangers sont en outre entretenus de manière à garantir l’uniformité de la formation dans le monde. »

 

La formation constitue un bon investissement

Dimitri Trenoye : « Nous pensons que nous parlons la même langue de sécurité, et l’uniformité est plus grande au niveau de la sécurité. Si un collègue appelle du Brésil avec une question au niveau de la sécurité, ma réponse sera la même que celle d’un autre collègue ici. »

« La farde avec la formation CMSE est devenue pour nous un ouvrage de référence que nous consultons régulièrement et que nous annotons. Il ne s’agit pas d’une formation que l’on range dans l’armoire pour ne plus l’en ressortir. » Mario Lebbe : « Entre-temps il y a même déjà un fournisseur italien qui a fait suivre cette formation à son personnel. Ils savent de cette manière parfaitement ce que l’on attend d’eux et ils peuvent anticiper nos souhaits avant de démarrer. Ils peuvent également gagner énormément de temps de cette manière. Il est en outre intéressant de voir qu’ils réfléchissent avec nous car même pour les constructeurs, cette matière est parfois neuve. »

De g. à dr. Kwinten Cantraine (Pilz), Dimitri Trenoye & Mario Lebbe (tous deux Etex Engineering)
Les formateurs sont en outre des collaborateurs hautement qualifiés
La farde avec la formation CMSE est devenue pour nous un ouvrage de référence
siège central

Pilz Belgium CVBA
Bijenstraat 4
9051 Gent (Sint-Denijs-Westrem)
Belgium

Téléphone: +32 9 321 75 70
E-mail: info@pilz.be

Contact pour la presse

Téléphone: +32 (0)9 321 75 70
E-mail: karry.vanlooy@pilz.be